Pendant sa grossesse, une femme se pose souvent des questions sur l’alimentation de son enfant. Elle peut tout naturellement se tourner vers l’allaitement qui offre de nombreux bienfaits. Si donner le sein est un geste naturel, il peut toutefois paraitre flou pour certaines. Il n’est pas toujours évident pour une jeune maman de savoir la fréquence et la durée des tétées, les bonnes postures et ainsi de suite. Que faut-il connaitre à propos de cette phase assez particulière ?

La préparation à l’allaitement

Pour réussir son allaitement, une femme doit s’y préparer dès sa grossesse. Bien qu’il soit naturel, il pourrait être difficile. Dans ce sens, une bonne dose de confiance en soi, des connaissances sur ce sujet et sur les éventuels obstacles, notamment les petits maux, sont nécessaires. D’une manière générale, elle devrait reconnaitre les signes de faim du nourrisson et savoir quantifier le lait qu’il prendra. L’allaitement sera aussi plus facile en ayant une notion sur la montée de lait, le nombre de tétées, la mise au sein et les positions pour allaiter.

Le nombre et la durée des tétées

Lorsqu’on donne le sein, il est important de ne pas compter le nombre de tétées ni d’en limiter la durée. Quand il est question d’allaitement, le mieux serait de le faire à la demande. Étant donné la taille de l’estomac de bébé inférieure à celle d’une noix et le lait maternel facile à digérer, il n’a pas besoin de se nourrir beaucoup, mais souvent. Aussi, il ne doit pas y avoir d’intervalle fixe à respecter entre deux tétées. La maman devra par ailleurs s’adapter aux besoins du poupon. Durant sa croissance, il faut qu’il boive davantage du lait et mange peu par rapport aux premiers jours.

Les positions pour l’allaitement

Il n’y a pas de postures spécifiques à adopter pour donner le sein, et il appartient normalement à la maman et au nourrisson de les définir ensemble. Quoi qu’il en soit, une mère peut d’abord essayer la madone en soutenant la tête de son tout-petit au creux de ses bras et en mettant une main sous ses fesses. Sinon, la position allongée, autrement dit contre soi, permet de l’allaiter la nuit. Le tenir comme un ballon de rugby est idéal pour éviter d’appuyer sur la cicatrice, surtout si on a eu une césarienne. Pour les mamans ayant un souci de réflexe d’éjection fort, la position du transat serait mieux.

Cela dit, une mère saura elle-même la position idéale à adopter. Le plus important est de se sentir libre d’allaiter son nourrisson dès que celui-ci a faim. Lorsqu’on est à l’extérieur, on pourrait évidemment être gênée de montrer ses seins. Dans ce cas, l’utilisation de subterfuges n’est pas sourcier afin de nourrir son bébé discrètement. On peut par exemple porter un lange, des vêtements ou un soutien-gorge d’allaitement. On peut se procurer de tels accessoires sur la toile.